En course pour le scudetto, le Napoli peut-il lutter ?

Force majeur du championnat depuis maintenant plusieurs années, le Napoli sera logiquement l’un des prétendants au titre de champion d’Italie lors de la saison 2017-2018, mais face à un Milan AC en pleine résilience, une Juventus sûre de sa force et les autres rivaux se consolidant, le club campanien sera-t-il capable de rivaliser ?

SSC Napoli v Real Madrid CF - UEFA Champions League Round of 16: Second Leg

Les forces en présences

On assiste depuis le début de l’été à la résurrection de Milan, depuis la fin de l’ère Berlusconi et l’arrivée des investisseurs chinois, une ribambelle de bons joueurs est arrivée dans la ville lombarde afin de porter les couleurs rouges et noires comme Ricardo Rodriguez, André Silva ou Leonardo Bonucci entre autre; l’objectif étant alors de retrouver la Ligue des Champions en raflant au passage le plus de titres possibles. Face à cela, une Juventus sûre d’elle-même s’étant même permis le luxe de se séparer de l’un des meilleurs joueurs du monde en la personne de Leonardo Bonucci, tout en demeurant active sur le marché des transferts, en témoigne, la signature de l’ailier brésilien Douglas Costa et la très probable arrivée du jeune milieu offensif Federico Bernardeschi. A côté des deux grands du Nord, la Roma reste à l’affut, cette dernière s’est délestée de trois joueurs (Rudiger, Salah, Paredes – qui bien que performants dans le système romain étaient intrinsèquement moyens – pour une coquette somme (un peu plus de 100 millions d’euros) tout en se consolidant avec les arrivées d’Hector Moreno, Lorenzo Pellegrini, et Rick Karsdorp et en prolongeant son joueur majeur au milieu de terrain : Radja Naingollan. Mais le Napoli a également des forces à faire valoir dans cette course à quatre.

Les points forts du Napoli

Bien que n’ayant pas la puissance financière des deux grands du Nord, les napolitains n’en sont pas moins dépourvus de force, tout d’abord, le Napoli est une équipe stable et quasiment complète, il n’existe pas de gros manques comme chez ses concurrents, et seuls quelques ajustements sont à faire. L’ossature principale du groupe n’a pas énormément bougé et partage une histoire commune depuis maintenant plusieurs saison, ce qui est un atout majeur face à un Milan où l’ossature est à construire et où le groupe n’est rien de plus qu’un amas d’individualités venues des quatre coins de l’Europe. Ce groupe napolitain, composé d’excellents joueurs comme Marek Hamsik, Lorenzo Insigne ou Kalidou Koulibaly, est mené par le génie tactique Maurizio Sarri connu pour faire pratiquer l’un des plus beaux footballs d’Italie, et ce jeu, plus que simplement esthétique, se révèle également très efficace au vu des excellents résultats du club du Mezziogiorno. Beaucoup répondront alors que les deux grands du Nord ont une puissance financière leur permettant d’acheter des joueurs que ne peut se permettre le Napoli, ce à quoi il est temps de répondre en mettant en lumière Cristiano Giuntoli, le directeur sportif du club napolitain, connu pour son flair rare aujourd’hui en Europe, et les excellents coups qui en a découlé, on peut citer ici : Amadou Diawara, Margo Rog, Arkadiusz Milik, et le jeune crack Piotr Zielinski auteur d’une saison 2016-2017 de très grand niveau. Pour exemple, les partenopei viennent de se renforcer en obtenant le prêt payant du latéral gauche Mario Rui, ce qui permet alors de doubler le poste et de faire souffler Faouzi Ghoulam ou la signature du prometteur jeune ailier algérien Adam Ounas. Les Napolitains n’ont peut-être pas d’argent, mais ils ont des idées, cependant quelques faiblesses demeurent…

Les faiblesses des Napolitains

Comme vu précédemment, les Napolitains ont des muscles et savent s’en servir, néanmoins bien des faiblesses perdurent et pourront gêner la course au titre de champion d’Italie, parmi ces faiblesses, on peut citer tout d’abord le gardien de but ; n’est pas Buffon qui veut, et Pepe Reina malgré ses 34 ans (ce qui n’est pas vieux en soit pour un gardien) semble en effet plus proche de la fin qu’autre chose. Bien que n’étant pas catastrophique sur sa ligne, le gardien espagnol est bien moins tranchant et décisif qu’autrefois, et la direction napolitaine serait bien avisé de lui mettre une concurrence dans les pattes (Mattia Perrin ? Piste étrangère ?) De plus, les napolitains vont sûrement jouer la Ligue des Champions, et ce bien plus tôt que les autres du fait du passage par les tours préliminaires. Cette compétition connue pour liquider les forces des joueurs du fait de la grande intensité physique et nerveuse qu’elle exige, et ce, bien plus que l’Europa League que jouent les Milanais, risque d’entraver la marche vers le titre des joueurs napolitains. La Juve quant à elle, à l’habitude de jouer sur plusieurs tableaux, et a, au fil des saisons constitué un équipe capable de le faire. De plus, bien que j’ai pu dire que le Napoli avait des idées, c’est un club venant d’une région déshéritée, et ne peut donc pas compter sur l’appui de puissantes firmes comme la Juventus ou sur un généreux mécène comme le Milan AC, ce qui a terme posera évidemment des soucis de compétitivité sur le marché des transferts. Néanmoins, pour la saison à venir, les napolitains ont les armes pour se battre contre les deux grands du Nord et le cousin romain, à eux de s’en servir correctement…

@OsxSts

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s