Entre Bonucci et la Juventus, c’est l’heure des adieux

Après sept saisons passées sous le maillot de la Juventus, Leonardo Bonucci a décidé de rejoindre un Milan AC en pleine résilience à la suite de relations compliquées avec son entraîneur. Retour sur l’aventure juventina du technicien de la désormais mythique BBC.

bonucci

Les débuts en noir et blanc

Été 2010, l’immense Fabio Cannavaro s’envole pour Dubaï afin d’y signer le dernier contrat de sa vie, il faut donc lui trouver un remplaçant dans la défense turinoise. Tous les regards se tournent alors vers un jeune défenseur qui vient alors de réaliser une saison hors norme au sein du célèbre club des Pouilles : le FC Bari. 15,5 millions d’euros plus tard, il rejoint la Vieille Dame et s’inscrit alors dans le temps long puisqu’il y signe un contrat de cinq années. Cependant, son aventure commence de très mauvaise façon, la Juve en effet, n’est de retour en Serie A que depuis peu, et peine à retrouver son lustre d’antan. Le jeune Bonucci associé désormais à Giorgio Chiellini en défense centrale ne peut endiguer l’inconstance de sa nouvelle équipe qui termine à une piteuse 7ème place en championnat en plus d’une élimination dès les phases de groupes de l’Europa League, de plus, celui-ci ne se montre guère satisfaisant dans le rôle échu autrefois à Cannavaro. Cependant, une nouvelle ère est en approche, et il va alors rapidement montrer tous ses talents…

La BBC et la domination italienne

Le désormais célèbre Antonio Conte prend en effet la tête de l’équipe turinoise durant l’été 2011, après quelques expérimentations peu convaincantes, Conte décide de passer en 3.5.2, et de facto de former une défense à trois; Bonucci étant alors associé à Andrea Barzagli à droite ainsi qu’à Giorgio Chiellini à gauche, la BBC est née. Dans un rôle de meneur reculé, il éclabousse l’Italie de toute sa classe et forme avec ses deux autres compères une défense imperméable et extrêmement complémentaire, Chiellini ayant l’agressivité et la malice, Barzagli la science tactique et Bonucci la qualité technique. Ce dernier alors quarter back de l’équipe piémontaise assurait les premières relances et organisait le jeu depuis l’arrière, joueur essentiel, il était la clé de voute de tout le système turinois et son absence se faisait crûment sentir. Aux côtés de ses camarades en défense, il toise l’Italie tout d’abord avec Conte et l’Europe avec Allegri, et donne des cauchemars à plus d’un défenseur. Comme certains on put le dire, il ressemblait alors à une version défensive de Xavi jouant en effet à la manière des grands libéros d’antan que furent Franz Beckenbauer ou Franco Baresi. Au fil des années, il devient l’un des meilleurs défenseurs de la planète et un véritable porte-étendard de la Juventus tout en étoffant son palmarès de six scudetti, trois Coupe d’Italie, trois Supercoupe d’Italie et s’offrant au passage deux finales de Ligue des Champions.

La rupture…

Alors que tous voyaient en Bonucci un symbole de l’âme juventina, ce dernier s’éloignait en réalité de la Juve ; en cause, ses relations catastrophiques avec Massimiliano Allegri l’homme fort du banc turinois arrivé durant l’été 2014. Les deux hommes ne s’apprécient guère et se le faisaient savoir, comme lors du match contre Palerme le 17 février 2017; alors que Bonucci critique les choix tactiques de son coach, ce dernier lui retoque un « tais-toi tête de nœud, dégage ! » ce à quoi Bonucci lui répond en fin de match d’un « vaffanculo » des familles. Toute l’Italie découvre alors au grand jour la détestation réciproque que se vouent les deux hommes. Celle-ci atteint son stade ultime lorsque pendant la mi-temps de la finale de la Ligue des Champions, les deux hommes, en effet, s’invectivent durant la pause après que le défenseur italien ait pris à parti certains de ses coéquipiers les jugeant mauvais, et la défaite (4-1) entérine la rupture. Bonucci a désormais le cœur ailleurs, et les dirigeants de la Vieille Dame comptent s’en séparer plaçant alors l’institution au-dessus des hommes. Au cours de la semaine du 10 juillet 2017, Milan entre alors en jeu, et après de rapides négociations, Leonardo Bonucci rejoint le Milan AC alors en pleine résilience pour 42 millions d’euros, et s’annonce être l’une des têtes de gondole du nouveau projet du club lombard, c’est la fin de la BBC…

@OsxSts

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s