Inter Milan 2016/2017, retour sur une saison catastrophe

Une piteuse élimination au premier tour de l’Europa League, une autre élimination en quart de finale de la Coupe d’Italie, et assuré de ne pas jouer de coupe d’Europe l’année prochaine à la suite d’une catastrophique saison couronnée par une septième place. Le bilan de l’Inter Milan en cette fin de saison n’est pas des plus reluisants, retour sur cette saison cauchemar.

0029333icardi-sad780x390
Mauro Icardi, meilleur buteur de l’Inter Milan avec 24 réalisations.

Un mercato raté

Eté 2016, l’Inter Milan vient d’être acheté à 70% par le géant de la distribution de produits électroménagers Suning. Le vieux club lombard est alors passé sous pavillon chinois après seulement trois années d’une présidence indonésienne menée par Erick Thohir. Les nouveaux dirigeants chinois décident alors d’investir massivement sur le marché des transferts afin de refaire du club nerrazzuro un acteur ambitieux du championnat italien et à terme retourner dans les hautes strates du football européen. Arrivent donc Ever Banega et Caner Erkin gratuitement, ensuite viennent Joao Mario pour 41 millions d’euros, Antonio Candreva pour 22 millions, Stefan Jovetic pour 14,5 millions et enfin le grand espoir brésilien Gabriel Barbosa dit Gabigol pour 29,5 millions. En tout, plus d’une centaine de millions d’euros dépensés pour… peu de choses. Les seuls sortant du lot étant Banega, mais ce dernier lâche le club en cours de saison et se trouve plus intéressé par un nouveau départ que le fait de faire son trou chez les milanais et Candreva qui bien que bon est inconstant. Aucun des autres joueurs ne justifie réellement l’investissement fait sur lui, et cette débâcle sportive se trouve accentuée par une instabilité sur le banc des entraineurs.

La valse des entraineurs

De nouveau à l’été 2016, au mois d’août plus particulièrement. Roberto Mancini quitte le club après plusieurs prises de becs houleuses avec la nouvelle direction notamment au sujet du mercato. Le club qui vient alors de commencer son stage de pré-saison doit rapidement trouver un nouvel homme fort et se retourne vers le néerlandais Frank de Boer, connu pour son travail remarquable à l’Ajax Amsterdam. Ce dernier annoncé en grande pompe et considéré comme une excellente signature se révèle être rapidement en constat d’échec, l’équipe ne gagne pas, les recrues ne brillent guère et le jeu proposé est indigent. Il est licencié sans ménagement le 1er novembre 2016 après une nouvelle défaite sur le terrain de la Sampdoria de Gênes (1-0) c’est alors Stefano Pioli qui prend la relève avec moins de succès dans le jeu et dans les résultats européens, se trouvant alors éliminé de l’Europa League après une piteuse défaite 3-2 contre Hapoël Beer Sheva. Cependant il sort l’Inter du milieu de tableau et le jette dans la course à la sixième place qualificative pour l’Europa League contre le Milan AC, mais après une longue série de sept matchs sans victoires dont une humiliante défaite 5-4 contre la Fiorentina alors qu’ils menaient au score, Stefano Pioli est renvoyé le 9 mai 2017, suit alors Stefano Vecchi qui ne fera guère mieux.

Des résultats calamiteux

Des deux causes nommées précédemment découle la conséquence suivante : les résultats furent catastrophiques. En effet, l’Inter a terminé la saison à la septième place et ne jouera pas de coupe d’Europe la saison prochaine, ce qui gênera grandement son mercato ne pouvant garantir le fait de jouer une grande compétition à de possibles signatures à un an de la Coupe du Monde. L’armoire à trophée est quant à elle restée vide, le club lombard ayant fait choux blanc en Europa League après une élimination dès les phases de groupe, et en coupe d’Italie après une défaite contre la Lazio en quart de finale. De plus, on peut noter également des défaites de rang contre la Juventus (1-0) contre Naples (1-0) contre la Roma (1-3) ou contre la Fiorentina (5-4) au moment clé de la saison, le fameux « money time » dans lequel il est interdit de perdre; chaque défaite face à des adversaires directs s’avérant fatal. Cette saison – qui devait être une saison de transition – se termine donc sur un bien piètre bilan, et plusieurs hommes au sein du clubs – les joueurs en premier lieu – doivent se mettre face à leurs responsabilités.

Et maintenant ?

Quel avenir pour l’Inter ? De nombreux observateurs se le demandent. Les nouveaux dirigeants semblent vouloir mettre un nouvel homme fort à la tête de l’équipe à tout prix, et des noms prestigieux circulent (Antonio Conte, Diego Simeone) mais ces pistes s’avèrent peu crédibles. De plus certains joueurs manifestent clairement un désir de départ comme Ever Banega, d’autres sont courtisés (Mauro Icardi, Marcelo Brozovic, Ivan Perisic) et il sera difficilement possible sportivement de les conserver, ne jouant aucune compétition européenne. Quel pourrait être un avenir radieux pour l’Inter ? Tout d’abord, le groupe Suning doit faire le ménage à la tête du club et établir un organigramme clair, une direction forte capable de faire avancer le projet, ensuite, un nouvel entraineur ambitieux et capable de mener ce genre de projet de reconstruction doit prendre en main l’effectif ; plusieurs actuellement dans le circuit peuvent mener un projet pareil à terme (Luciano Spalletti, Claudio Ranieri, Thomas Tuchel) et enfin, le ménage devra être fait dans l’effectif, les échecs et autre boulets – notamment en défense – devant être vendus, afin de laisser la place à de nouveaux joueurs prometteurs capables de porter un nouveau projet ambitieux.

@OsxSts

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s