de Boer et l’Inter, chronique d’un divorce annoncé

Licencié par l’Inter via son nouveau propriétaire chinois (Suning Holdings Group), Frank de Boer n’aura même pas tenu 3 mois. Étonnant ? Même si le but de cet article n’est pas de vous crier « on vous l’avait bien dit ! » il est sûr qu’une union qui a de mauvaises bases ne peut mener qu’au divorce. Récapitulatif d’un trimestre jonché de quelques rares haut et de nombreux bas.

resultat

Une défaite 6-1 à Oslo en amical face à Tottenham et c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase Mancini. Le beau Roby est démis de ses fonctions par Thohir alors que Suning lui avait proposé quelques semaines auparavant de prolonger jusqu’au 30 juin 2019. Au final une rupture du contrat de travail par consentement mutuel est choisie. Mancini aura passé 20 mois sur le banc nerazzurro.

Piero Ausilio n’attend pas pour faire signer un contrat à de Boer tout juste libéré de l’Ajax après 2 saisons sans avoir remporté l’Eredivise. A moins de 2 semaines de la reprise de la Serie A avec un déplacement sur la pelouse du Chievo, le technicien néerlandais doit composer avec un groupe dont il n’a pas organisé la préparation estivale, qui fût pour le moins chaotique.

  • Une arrivée à l’aéroport de Malpensa plus tard, de Boer se présente à l’Italie via un long entretien à la Gazzetta dello Sport. Comment il est devenu coach, sa relation avec le calcio, etc… tout y passe mais certaines déclas ne laissent pas indifférents les observateurs. Notamment son interrogation sur le fait que la Juventus se soit renforcée ou non alors qu’elle a recrutée ,entre autres, Alves (triple vainqueur de la Ligue des Champions), Benatia (qui connaît parfaitement la Serie A), Pjanic (dont l’esthétisme du jeu n’est pas à nier) et Higuain (nouveau recordman de buts en une saison de Serie A faut-il le rappeler). de Boer fixe aussi l’objectif à atteindre : « Se qualifier pour la Ligue des Champions, sans se raconter d’histoires ». Alors que les cousins rossoneri annoncent une volonté de se qualifier pour l’Europa League, le batave montre toute son ambition qui parait néanmoins gourmande au vu de l’état des troupes. Surtout qu’il tempère en affirmant qu’on ne verra la vraie valeur de son Inter dans 4 mois, « une durée normale » selon lui. Attendre le mois de janvier alors qu’on est à la tête d’un club qui compte 17 scudetti fait lever des sourcils.

Prendre de haut la sacro sainte tactique du foot transalpin est très mal digéré dans la Botte. de Boer est attendu au tournant et personne ne fera de cadeaux à son équipe, médias et tifosi inclus. De plus, avec des propriétaires en Chine, un président indonésien, un ancien propriétaire italien omniprésent (Moratti himself) et des hommes de main italiens, on ne sait pas trop qui est au sommet du château de cartes.

  • Un recrutement imposé et un management à coup de claques dans le dos ont fini par saper son autorité. Candreva ? Parti cet été de la Lazio pour « un club plus ambitieux », ses accélérations inutiles sur l’aile et son manque de précision sur phase arrêtées ne sont pas restées à Rome. Gabigol ? Au 1er novembre, il n’a joué que 21 minutes. de Boer s’est justifié en disant qu’il n’est pas encore prêt mais l’étiquette de crack du foot auriverde semble suffisante pour Suning qui est très en colère au sujet du choix du coach. Biabiany ? Joueur besogneux il n’a été convoqué qu’une seule fois, lors du dernier match de Frank de Boer (face à la Sampdoria). Jovetic ? Clairement un indésirable pour de Boer qui ne lui aura offert que 57 minutes de temps de jeu. Melo ? Une petite demi heure à se mettre sous la dent pour l’agressif milieu brésilien. D’Ambrosio ? Titulaire au début de l’ère de Boer, il a perdu sa place au profit de Nagatomo pour un rendement similaire et proche du néant. Kondogbia ? Un joueur perdu tactiquement et en plus fragile musculairement. de Boer n’a pas hésité à établir une liste d’indésirables dont il voulait se séparer en janvier prochain. Sans compter des sorties mi-figues mi-raisins durant les après matchs.

Suite à la défaite à Prague : « En Europa League nous jouons comme des amateurs« 

de Boer suite à la défaite 1-0 sur le terrain de la Sampdoria : « C’est uniquement un problème de mentalité. Nous avons beaucoup de qualité, mais nous ne pouvons pas faire grand-chose avec la mentalité affichée en première période »

à force de placarder certains éléments de l’effectif, le groupe a fini par ne plus vouloir de Frank de Boer. Suite à la 5ème défaite en 11 journées de Serie A, les joueurs ont convaincu les dirigeants de se débarrasser de leur coach.

resultat
Eder refusant de serrer la main de son entraîneur dimanche dernier à Marassi.
  • L’Inter qui met fin à une série de 7 confrontations sans victoires en Serie A face à une Juventus quintuple championne d’Italie ? L’Inter sous de Boer a connue cette oscillation de la fréquence cardiaque. Durant une partie à rebondissements qui a vu les nerazzurri revenir au score 2 minutes après avoir encaissé un but pour finalement gagner en infériorité numérique, les médias transalpins et les tifosi de la « beneamata » pensaient que le tournant était là. Après le KO infligée à domicile par les modestes israéliens de l’Hapoel Beer Sheva, l’Inter était attendue au tournant et avait brillamment réagi dans le sillage de son capitaine Icardi auteur d’une prestation XXL. Les créateurs Banega et Mario montraient que les promesses placées en eux étaient justifiés et ça devait repartir comme en 40. Oui mais… Malgré une victoire dans la foulée sur le terrain d’un petit Empoli, la « Pazza Inter » est retombée dans ses travers face à Bologna pour enchaîner 3 défaites consécutives face à la Roma d’abord puis plus gênant à domicile contre le promu Cagliari et chez les voisins bergamasques. de Boer en danger, la tête déjà sur le billot ? Une solidité retrouvée face à Southampton pour garder un espoir de qualification en Europa League et un doublé d’Icardi au bout de la nuit de Meazza face au Torino le maintiennent artificiellement en vie. Comme en amour, on pense qu’un break suffira pour recoller les morceaux. Puis on se rend rapidement compte que tout sentiment qui nous liait n’est plus et que réconcilier l’inconciliable n’est qu’un vœu pieux.
    gazzetta
    On appelle ceci « l’ascenseur émotionnel »

    Qu’on se le dise, cet Inter n’est pas à sa place dans la colonne de droite du classement. Néanmoins, l’incapacité des joueurs et du coach à capitaliser les succès importants obtenus à domicile face à la Juventus, Southampton et le Torino démontrent une fragilité mentale générale. Sans compter l’épisode de la contestation en Curva Nord du capitaine et buteur Mauro Icardi.

Et maintenant ? Le prochain coach qui succèdera à l’intérimaire Vecchi issu de la Primavera devra jouer les pompiers de service et s’imposer comme un homme fort mais surtout rassurant sur le plan psychique car les joueurs qu’il retrouve sont en lambeaux dans ce domaine. La responsabilité de Frank de Boer dans cet échec ? Comme en amour, personne n’est tout blanc ou tout noir, il n’existe que des nuances de gris que nous vous laissons le soin de compter.

Plus sérieusement, de Boer est arrivé au mauvais moment comme qui dirait pendant un warm up de F1 remplaçant au pied levé un pilote (Mancini) qui avait réglé sa monoplace selon ses paramètres. Le fait que ses dirigeants le « soutenaient » encore il y a quelques jours est classique dans ces situations, mais des attentes surestimées, et une certaine méconnaissance de l’exigence tactique en Serie A cumulés à un management hésitant entre les coups de collier et une demande légitime de temps, ont grillé tout espoir de réussite. de Boer est le 9ème coach différent depuis le départ de Mourinho en 2010.

Giacomo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s