La Juve veut ses grandes oreilles

Largement dominante sur le territoire italien, la Juventus de Turin veut désormais gagner la ligue des champions. Est-ce un objectif pour autant réaliste ?

Une excellente gestion

Paratici à gauche et Marotta à droite

En mai 2010, Giuseppe Marotta devient directeur général de la Juventus de Turin avec comme bras droit et coordinateur Fabio Paratici (le duo ayant travaillé ensemble entre 2004 et 2010 à la Sampdoria). L’objectif est très clair : retrouver les sommets de la Serie A après un post Calciopoli compliqué. 6 ans plus tard, la Juve est sacrée 5 fois championne d’Italie, et ne cesse de grandir grâce à une très bonne gestion du club. Force est de constater que le tandem Marotta/Paratici gère à merveille l’équipe turinoise avec notamment la construction d’un nouveau stade et surtout des mercati très intelligents. En effet, la Juve réalise des coups de maître en engageant gratuitement des joueurs confirmés (Khedira, Evra Llorente, Alves), prometteurs (Pogba, Coman) ou d’autres qu’il faut relancer (Pirlo) pour quasiment que des réussites. En plus de cela, les piémontais savent vendre et ces joueurs arrivés gratuitement permettent de réaliser de gros bénéfices. Comme en témoigne l’énorme vente de Pogba pour près de 110 million d’euros à Manchester United. Pour beaucoup de clubs, la vente d’un élément aussi important et prometteur que Pogba serait un problème majeur. Cependant, ce n’est pas le cas de la « vieille dame » qui s’est incontestablement qualitativement renforcée avec l’acquisition de Pjanic, puis d’Higuain pour 94 millions d’euros. Et si ce montant peut en effrayer certains, il n’en demeure pas moins que le duo d’attaque argentin Dybala/Higuain s’annonce dévastateur pour les défenses d’Italie et d’Europe. L’Europe étant d’ailleurs le nouvel objectif bianconero qui après une claire domination sur son territoire, veut et se donne les moyens de ramener à Turin la fameuse coupe aux grandes oreilles.

 

 Un triomphe effleuré

Juillet 2014, Antonio Conte claque la porte turinoise, et c’est Massimiliano Allegri qui le remplace. Beaucoup dénoncent ce choix, et ne trouvent pas en Allegri un entraîneur de la trempe d’un Conte qui a su ramener l’équipe au premier plan national. Néanmoins, 2 ans plus tard, il est indéniable que l’apport d’Allegri a été primordial et indissociable au succès turinois. En effet, le nouvel entraîneur des « zèbres » travaillant dans la continuité de ce qu’avait entrepris Conte est le parfait complément à ce dernier. L’ex entraîneur de Cagliari et du Milan AC met parfaitement le doigt sur la principale carence turinoise : son schéma en 3/5/2. Paradoxalement, c’est ce dispositif instauré par Conte qui faisait la force et l’identité de la Juve mais Allegri a compris qu’en Ligue des Champions, cette tactique pouvait parfois face à une réelle adversité, dévoiler ses limites. C’est ainsi qu’il met en place un 4/3/1/2 permettant d’aligner simultanément Pirlo, Marchisio, Pogba et Vidal au milieu de terrain. L’équipe est alors « hybride » puisqu’Allegri change régulièrement de schéma en cours de match selon le résultat, retournant souvent à une défense à 3 pour conserver le score.

La « Vecchia Signora » termine deuxième de son groupe de Ligue Des Champions, derrière l’Atletico Madrid. Les bianconeri réalisent alors un magnifique parcours en éliminant Dortmund en huitième de finale, Monaco en quarts et le Real en demi-finales. L’équipe italienne est opposée au FC Barcelone en finale. Le club catalan remporte le match 3-1, disposant d’une Juventus méritante et combattive. La Juve peut être fière de son parcours et même si les larmes de Pirlo ne changeront pas le sort de la rencontre, celle-ci sait désormais qu’elle a les capacités pour gagner la compétition. L’exercice 2015-2016 est plus frustrant pour le club italien qui terminant deuxième de son groupe et devant donc en huitième de finale se frotter à un cador du football européen, le Bayern de Guardiola. Le match aller à Turin se solde sur le score de 2-2 et au retour, alors que la Juve mène 2-1, le Bayern égalise dans le temps additionnel, puis remporte le match 4-2 en prolongations, qualifiant donc l’équipe bavaroise pour les quarts de finale. Cette élimination laisse des regrets au club transalpin qui avait le match entre ses mains.

 

 Et si c’était la bonne année ?

dybala

Le duo dévastateur

 

La Juventus, qui essayera cette année de conserver sa domination sur le territoire italien veut aussi s’assoir sur le trône européen. Buffon, capitaine emblématique de l’équipe ne le cache pas : « c’est mon objectif personnel mais aussi celui de l’équipe. Rien n’est plus beau qu’une victoire dans cette épreuve, ce serait quelque chose d’une beauté spectaculaire. » L’effectif des bianconeri est taillé pour le succès et semble apte à rivaliser avec les favoris du tournoi. La défense n’a plus rien à prouver tandis le milieu quoi qu’en disent les néophytes n’a pas perdu en qualité malgré le départ de Pogba. Bien au contraire, l’arrivée de Pjanic semble bénéfique pour la construction du jeu et le lien vers l’attaque. Le secteur offensif  est d’ailleurs un atout de taille pour les turinois, qui pourront compter sur le tandem argentin composé du prodige Dybala ainsi que de la recrue star Gonzalo Higuain, redoutable finisseur. Au delà du onze de départ, le banc est très fourni (Benatia, Rugani, Sturaro, Lemina, Hernanes, Asamoah, Lichtsteiner, Evra/Sandro, Cuadrado, Mandzukic…) permettant des alternatives aux méformes, blessures, et résultats durant un match. Cela est par ailleurs capital quand l’objectif est le sacre puisqu’un effectif ne se juge pas sur son 11 de départ, mais sur un groupe compris entre 15 et 20 joueurs. Une bonne gestion de l’effectif est fondamentale, Allegri en a conscience. La « Fidanzata d’Italia » a perdu ses quatre dernières finales de C1 (1997, 1998, 2003 et 2015), celle-ci se doit de renouer avec la victoire.

 

La Juventus de Marotta et Paratici est un exemple de gestion pour les clubs italiens. La Ligue des Champions, qui il y a quelques années n’était qu’un doux rêve, est aujourd’hui un objectif accessible pour les turinois.

 

Julian Lagana @JulianLagana

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s