Inter : Deutsch Qualität

A la fin des années 80 et jusqu’au début des années 90, la cité du «biscione» a vu ses deux clubs s’affronter dans une Guerre des Étoiles. Deux trios vont faire les beaux jours des clubs lombards : l’un est Batave à l’AC Milan, l’autre est Allemand (de l’Ouest) à l’Inter FC. Gullit, Van Basten et Rijkaard vs Matthaüs, Brehme et Klinsmann. Retour sur cette époque dantesque où les 2 frères ennemis du Calcio ont vampirisé la planète foot. 

Episode N°2 :

Zoom sur les Allemands :

Trio Allemand Inter

Ernesto Pellegrini, président de l’Inter Milan de l’époque, aime piocher en Bundesliga pour renforcer son effectif. En 1984, il recrute « Kalle » Rummenigge pour un montant record de 8,5 milliards de lires. (5,5 M d’€) Et même si le résultat n’est pas à la hauteur de l’investissement, il retourne en RFA 4 ans plus tard pour améliorer l’équipe « nerazzura », pour concurrencer le trio batave des voisins « Milanisti » et pour essayer de garnir le palmarès d’un club en quête de titres depuis plusieurs années. Löthar Matthäus et Andreas Brehme, tous deux internationaux, arrivent dans la capitale lombarde auréolés du titre de champion d’Allemagne 1987 acquis avec le Bayern Munich. Trapattoni pense que Matthäus a les qualités techniques et le charisme d’un meneur de jeu. Il va le faire évoluer un cran plus haut que précédemment, lui, qui est jusqu’alors milieu relayeur. Il lui donne les clés du camion Interiste et lui fait endosser le n°10. Brehme est défenseur latéral, aussi bon du pied gauche que du pied droit, excellent frappeur de coup de pied arrêté, il s’installe sur le flanc gauche de la défense au sein de laquelle figure Zenga dans les buts, Bergomi à droite. Giuseppe Baresi, Nicola Berti, Alessandro Bianchi, Ramon Diaz et Aldo Serena complètent la rosa.

Le Scudetto dès la 1 ère année

Le génie tactique du « Trap » va faire fureur lors de cette saison 1988/89 puisque les nerazzuri vont remporter le Scudetto, le 13 ème de leur histoire. Un titre acquis de haute volée, encore dans les mémoires comme le « scudetto dei record ». Le premier depuis quasiment une décennie. Le dernier date de la saison 1979/80. Le prochain titre ne viendra pas avant une longue traversée du désert de 17 ans mais ça c’est une autre histoire.

Revenons sur cette saison exceptionnelle :

58 points gagnés sur 68 en jeu (la victoire rapporte 2 points à l’époque), 4 nuls et seulement 2 défaites. Serena est sacré Meilleur buteur avec 22 buts dont l’unique but lors du Derby Milan-Inter.

 

Ce championnat est considéré comme l’un des titres acquis sans aucun suspens, survolé de la tête et des épaules par les Interisti. Sur les 17 adversaires de l’Inter, 10 ont perdu à l’aller et au retour. Seule la Juve reste invaincue : 1-1 à chaque match.

 

En Coupe UEFA, les Italiens sont éliminés par une vieille connaissance de ses nouvelles recrues allemandes… Le Bayern Munich. Malgré une belle victoire 0-2 en RFA, les Bavarois s’imposent 3-1 en Lombardie.

Inter 1988-89

Expérience mitigée :

Meilleur joueur et meilleur buteur de la Bundesliga 1988, l’attaquant international Jürgen Klinsmann débarque à l’Inter en provenance du VfB Stuttgart pour 3,2 milliards de lires. La triplette ouest-allemande est formée.  Malheureusement pour eux, à cette époque, le Calcio est LE championnat le plus réputé au monde et regorge de stars. Les 3 Allemands ne parviennent pas à égaler les 3 Bataves du Milan AC. A l’échelle nationale, l’Inter ne réussit pas aussi bien que lors du championnat précédent. L’équipe est moins performante. Ils ne parviennent qu’à atteindre la 3 ème marche du podium en 1990 et récidivent en 1991. Pire, ils dégringolent à la 8 ème place en 1992 lors de leur dernier championnat en commun. En 1989, ils gagnent tout de même une Supercoupe d’Italie contre la Samp, décidément pas en réussite contre les clubs milanais lors des débuts de cette nouvelle compétition. Par contre, à l’échelle européenne, l’Inter fait un parcours remarquable et remporte la Coupe de l’UEFA 1991 dans un duel italo-italien contre la Roma en match aller-retour. (2-0, 0-1) Leurs victimes précédentes sont le Rapid de Vienne, Aston Villa, le Partizan Belgrade, l’Atalanta et le Sporting Club Portugal.

Grâce au succès de la RFA lors de la Coupe du Monde 1990 en Italie, Matthäus remporte le Ballon d’Or 1990 et le titre de meilleur footballeur FIFA 1991.

Leur expérience milanaise se termine conjointement en 1992. Chacun part pour de nouveaux horizons : Matthaüs rentre au Bayern (il finira sa carrière à l’âge de 39 ans) Klinsmann, auteur de 34 buts en 3 saisons, part en Principauté monégasque et Brehme se dirige vers la Liga Espagnole en signant pour le Real Saragosse.

Bilan :

La période « Allemande » aura finalement été moins faste que celle des rivaux Milanais mais le palmarès s’est aussi enrichi au 9, Corso Vittorio Emanuele II :

  • 1 titre de champion
  • 1 Supercoupe d’Italie
  • 1 Coupe de l’UEFA

@friûlconnection


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s