Chère Fiorentina, pourquoi n’es-tu pas plus belle ?

Un mercato complètement raté, une équipe bancale, et un coach au bord de la démission, voilà  l’état de la Fiorentina en ce début de saison, mais comment et pourquoi ce qui devrait être l’une des équipes les plus séduisantes de Série A s’est retrouvée dans un tel état de fait ?

Paulo Sousa
Paulo Sousa, actuel entraineur de la Fiorentina

Qu’est-ce que la Fiorentina ?

Avec deux scudetti, six coupes d’Italie, une Coupe des coupes, une Supercoupe d’Italie, deux finales de Coupe d’Europe (C1 et C3) et des grands joueurs en pagaille (Antognoni, Rui Costa, Batistuta, Gilardino, Frey, ou Baggio pour ne citer qu’eux.)  J’estime que l’on a affaire à une équipe historique du football Italien, ainsi qu’à l’une des équipes phare du championnat actuel, et que par conséquent on est en droit d’en attendre bien plus du club florentin. Nous parlons également d’une équipe ayant terminé dans le « big five » italien lors des quatre dernières saisons. Du caviar ? Non, mais c’est un bon repas. On peut dire que la Fiorentina n’est pas une équipe anodine du championnat transalpin.

Une nouvelle ère qui s’annonçait prometteuse…

La saison 2012-2013 devait être le commencement d’une nouvelle ère pour la Viola, après deux saisons décevantes, les dirigeants décident de miser sur un jeune entraîneur qui se révélera être un apôtre du beau jeu : Vicenzo Montella, on confie à ce dernier des recrues capables de permettre à l’équipe toscane de retrouver l’Europe. Arrivent donc en Toscane, Borja Valero, Juan Cuadrado, Stefan Savic, Giuseppe Rossi, ou le sublime Alberto Aquilani pour ne citer qu’eux. La formule fonctionne et Montella amène son équipe à la quatrième place du classement, l’année suivante, l’international Allemand Mario Gomez plie bagage et rejoint Florence à son tour, beaucoup voient alors le collectif de Montella comme un candidat sérieux à la Ligue des Champions, malheureusement Mario Gomez enchaîne les pépins physiques et Rossi s’explose le genou, la saison se révèle plus compliquée cependant l’équipe violette réussi à terminer de nouveau à la quatrième place synonyme de qualification en Europa League. La saison suivante, l’objectif devient clairement d’obtenir une place qualificative pour la Ligue des Champions, l’équipe se montre pourtant décevante et échoue en terminant quatrième à cinq point de la Lazio qui empochera alors son ticket. Montella qui avait de toute façon la tête ailleurs est remercié et Paulo Sousa fait son arrivée.

rossi gomez.jpg
Giuseppe Rossi, Mario Gomez, il n’y avait pas plus beau duo

Que s’est-il passé depuis ?

Ayant beaucoup dépensé sans avoir pu obtenir cette place qualificative pour la Ligue des Champions, les comptes de la Fiorentina s’en retrouvent plombés, et c’est le transfert de Juan Cuadrado (35 millions à Chelsea) durant le mercato hivernal 2014-2015 qui permettra aux dirigeants de remettre les comptes à l’équilibre. Le mercato de la Fiorentina version Sousa sera lui aussi impacté par cette situation financière ; les dirigeants cette dernière mettent alors en place ce que j’appelle « la politique des joueurs à zéro sous » c’est-à-dire, qu’elle se fera prêter pour un an de jeunes joueurs appelés à un grand avenir, ou des vieux briscards revanchards. Dans ces conditions, Christian Tello, Jakub Blaszczykowski, ou Yohan Benalouane arrivent en prêt durant la saison. Cette politique se montre désastreuse, pour trois raisons : la première est que la Fiorentina doit supporter le salaire de joueurs qui ne lui appartiennent pas, et donc investit (à perte) dans des joueurs qui ne lui rapporteront rien, la seconde est qu’aucun projet de long terme ne peut se baser sur des transferts de joueurs sachant pertinemment qu’ils retourneront dans leurs clubs respectifs en fin de saison, et pour finir, cette politique oblige le board Toscan à constamment combler les trous causés par les retours de prêt de ces joueurs. Néanmoins Paulo Sousa s’inscrit dans l’idée de jeu de son prédécesseur mais ne parvient qu’à obtenir une cinquième place malgré un style léché et séduisant. Pour réussir de nouveau à fricoter dans les hauteurs du championnat italien, Mario Cognigni président de la Viola depuis le début de cette nouvelle ère décide alors de nommer Pantaleo Corvino à la direction sportive du club, ce dernier ne se montre guère plus brillant avec les prêts de Carlos Alberto Moreno, Sébastian de Maio,  Carlos Calcedo ou même de Christian Tello une nouvelle fois.

Que devrait-être la Fiorentina ?

La question se pose alors. Que devrait être la Fiorentina ? Un simple joli club faisant la post-formation des grosses écuries, ou une superbe équipe capable d’aller de gagner l’Europa League et de faire des quarts de final sans être ridicule en cas de qualification en Ligue des Champions ? Je penche plutôt sur le second point. Les dirigeants de la Belle Violette ont péché par orgueil, et se sont vus beaucoup trop grand. Aller chercher la qualification en Ligue des Champions au bout de trois ans ? Pourquoi faire !? Il eût mieux valu consolider le club en fixant pour objectif de gagner la C3, ce qui aurait donné du poids au palmarès du club Florentin et par là un prestige lui permettant d’attirer de très bons joueurs. De plus, et c’est là le plus important, c’eût été bénéfique au coefficient UEFA de la Série A alors en pleine bataille pour récupérer  la troisième place européenne aux anglais. C’est là que se trouve la clef du renouveau, la Fiorentina doit devenir une sorte de FC Séville italien, en étant plus intelligent dans le mercato (politique des bons coups à la manière de Marotta, directeur général de la Juventus) et en laissant du temps à Paulo Sousa plutôt que de l’embarquer dans de délirants projets de qualifications dans une Ligue des Champions hors de portée car le Portugais est un excellent entraîneur capable de piloter la partie technique d’un projet pareil.

Monsieur Cognigni si vous m’entendez….

@OsxSts

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s