Montella, l’effort puis le réconfort 

Vincenzo Montella est le nouvel entraîneur du Milan AC. Présenté comme l’architecte du nouveau et ambitieux Milan, la construction de l’édifice s’annonce cependant délicate.

 


Une arrivée prometteuse

Le 28 juin dernier, Vincenzo Montella s’engage pour 2 saisons avec le club milanais. Celui-ci vient remplacer le très peu regretté Brocchi. Après plusieurs saisons compliquées pour le club lombard, le nouveau Mister suscite une grande euphorie auprès des tifosi rossoneri. En effet, ce n’est pas un coach novice au niveau professionnel comme l’étaient Seedorf, Inzaghi et Brocchi, mais un entraîneur qui connaît plutôt bien la Serie A. Ce dernier est effectivement passé par la Roma, Catane, la Fiorentina et enfin la Sampdoria. Le plus jeune entraîneur de l’histoire de la Roma a laissé de bons souvenirs dans chacun de ses clubs hormis sa dernière (demie) saison plus compliquée à la Sampdoria ou il a malgré tout assuré le maintien avec un effectif très affaibli. En plus de peiner dans les résultats, le Milan AC n’a aucune philosophie de jeu, pire, n’a même aucun fond de jeu. Par conséquent, la tâche est rude mais le nouvel entraîneur lombard est un amoureux du beau jeu et se montre ambitieux : « L’objectif est de revenir au premier plan européen, pas seulement italien ». D’autre part, « Il diavolo » est racheté (accord préliminaire) par un groupe d’investisseurs chinois qui promet d’investir massivement sur le marché des transferts afin de retrouver les sommets du football européen et donc redonner à Milan sa gloire d’antan. Les supporters se mettent alors  à rêver, après tant d’années chaotiques indignes de ce club historique.

Le retour à la réalité milanaise 

 

Quand tu voulais Isco mais que tu te retrouve avec Pasalic

La vente au consortium chinois est actée, cependant, les fonds n’arriveront pas avant le mercato hivernal à cause du délais tardif de la transaction. Le Milan AC doit donc encore une fois réaliser un mercato « low cost » sous la houlette de Galliani.

 

Montella propose Pjaca et Cuadrado, mais par manque d’argent, les opérations ne se concrétisent pas (les 2 joueurs signent à la Juve). Le nouveau coach se fait une raison : il devra faire avec les moyens du bord. Celui-ci ironise même : « Le mercato à 70 millions de l’Inter ? En regardant la Gazzetta d’aujourd’hui j’ai pensé que les chinois se sont peut-être trompés d’adresse lors du transfert des fonds ».

Malgré cela, le club essaye de faire de bonnes affaires et tente avant tout de dégraisser (départs définitifs de Menez, Alex, Mexès, Boateng, El Shaarawy, Matri pour les principaux). Les recrues sont Vangioni (dont le club a déjà voulu se séparer, c’est dire ), Gustavo Gomez, Pasalic, Sosa, Mati Fernandez ainsi que Lapadula. Rien de bien exceptionnel ou de “bling bling” mais sans argent il s’avère très compliqué de trouver de bons joueurs.

La saison commence, Milan gagne son premier match 3-2 face au Torino puis s’incline 4-2 contre Naples. On retient de ces 2 rencontres une envie certaine de faire du jeu (ce qui est déjà un premier pas), mais qui ne peut se concrétiser à cause des carences de l’effectif. Force est de constater que la défense milanaise concède beaucoup de buts avec notamment des latéraux pas au niveau (Abate méconnaissable et De Sciglio nonchalant), une charnière qui doit encore se trouver, et que le milieu est très limité. En effet, comment réussir à produire du jeu avec comme milieux le très contesté Montolivo et le certes volontaire mais moyen Kucka ? S’il est au niveau, Sosa a une carte à jouer. Le milieu récemment arrivé de Besiktas n’aura pas de mal à s’imposer en tant que mezzala destra dans ce 4-3-3 de Montella qui pourrait l’associer au talentueux mais trop seul Bonaventura afin de produire un semblant de beau jeu.

En attendant le mercato

Toujours est-il que dans l’attente de l’argent du prochain mercato, l’objectif du coach milanais est de “limiter la casse”et d’essayer de suivre tant bien que mal la locomotive des places européennes. Il est vrai, Milan n’a actuellement pas un effectif qui lui permet de lutter pour les places du podium, la Juve, Naples, la Roma ainsi que l’Inter semblent un ton au dessus. Toutefois, le club lombard n’a pas non plus un effectif de relégable. C’est pourquoi se placer entre la cinquième et septième place en attendant le mercato est un objectif pleinement réalisable qui n’a rien d’insurmontable, et cela, Vincenzo Montella en a conscience. Pour atteindre ce but, il s’appuiera sur les valeurs sûres du club que sont Donnarumma, Bacca, Bonaventura et Romagnoli soit 1 joueur clef à chaque ligne.

Montella se doit de ramener le club milanais en Europe dès la saison prochaine. Bonne nouvelle : il ne pourra que très difficilement faire pire que ces 4 derniers prédécesseurs.

@julianlagana

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s