Verratti «Gagner avec l’Italie n’a pas de prix»

Marco Verratti a raté son grand rendez-vous avec l’Italie et la France cet été, la faute à une pénible pubalgie qui a eu raison de lui. Mais le football est ainsi fait que pour son retour avec les Azzurri, le milieu de terrain du Paris Saint Germain retrouve l’Equipe de France en amical, ce jeudi à Bari. Alors c’est l’occasion de vous relayer les meilleurs extraits de l’interview qu’il a accordé aujourd’hui à la Gazzetta dello Sport.

  • Alors, essayons de parler de football. Comment ça à été de suivre l’Euro à distance ?

« Très difficile, mais j’étais excité comme jamais en suivant l’Italie. On voyait que c’était une équipe qui travaillait dur et avec le cœur. Et je suis convaincu que cet esprit combatif a reconquis le cœur des supporters. C’est un des nombreux mérites de Conte. Mais ils ont tous été très bons. »

ddjdjdjdj

  • L’hiver dernier, Conte vous a demandé de prendre en main l’Italie. Vous sentez-vous prêt à le faire aussi avec Ventura ?

« Je suis prêt à aider l’équipe. Je n’aime pas les phrases « Prends en main l’Italie » ça ne veut rien dire. Nous sommes une équipe et chacun doit toujours donner le maximum. Un joueur seul n’est rien sans ses coéquipiers. Il appartient à tous d’honorer ce maillot pour chercher à gagner avec la sélection nationale. Gagner avec l’Italie n’a pas de prix. Peut-être que ce sera difficile étant donné que la phase de qualifications n’est pas évidente, mais nous donnerons tout. »

  • Avant les qualifications il y’a le match amical face à « votre » France.

« Le destin veut que je puisse recommencer contre le pays où je vis et où j’aurai pu jouer un championnat d’Europe spécial. Ce sera un match avec plein d’émotions face à beaucoup d’amis. Mais j’ai travaillé dur ces derniers mois pour regagner une sélection et être prêt à affronter quiconque. »

  • Où préférez-vous jouer : récupérateur, relayeur, meneur de jeu ?

« Chaque entraîneur a sa façon d’interpréter certains rôles : il y’a celui qui demande au relayeur de se placer dans les intervalles ce qui est peut-être moins imprévisible pour moi puis-qu’ici au PSG nous jouons à 3 depuis longtemps, en tenant la balle pour trouver des brèches sur les côtés avec les latéraux.

Marco Verratti : « Je jouerai où le sélectionneur décidera « 

Mais avec Emery nous sommes en train de changer de style : il nous demande moins de possession et plus d’agressivité en contres et dans les espaces. Comme toujours je me mets à disposition parce que je veux m’améliorer et aider l’équipe. Je jouerai où le sélectionneur décidera. »

  • C’est d’ailleurs Claudio Marchisio qui pourrait-être ton partenaire au milieu de terrain à l’avenir 

« Claudio est un grand joueur et il veut revenir encore plus fort qu’avant, tout comme moi, après lui aussi a dû renoncer à l’Euro en raison d’une blessure. Nous nous sommes appelés et consolés un peu pendant les matchs de l’Italie, en les commentant en direct durant l’Euro. »

  • Ventura a pour mission d’intégrer la nouvelle génération (de Donnarumma à Romagnoli, Rugani, Bernardeschi, Belotti) ou relancer des joueurs comme Immobile.

« Ce sont tous des noms importants. Beaucoup ici aussi (en France) m’appellent au sujet de Donnarumma, s’il a vraiment 17 ans. Bernardeschi a déjà participé à un Euro et il a été une des révélations de la saison dernière. Après 2 années difficiles, Immobile a retrouvé un peu son bout de ciel et un coach qui l’a revalorisé. »

  • Mais les jeunes sont-ils déjà prêts pour ce maillot ?

« C’est toujours difficile d’être prêt pour la Nazionale. Malheureusement en Italie, à peine un jeune se manque et il se fait massacrer. Ca n’arrive pas à l’étranger. La confiance est importante pour faire grandir les jeunes et il y’a beaucoup de talents en Italie. Ventura fera ses choix, il nous appartient à nous les jeunes de gagner et de reconquérir sa confiance »

Marco Verratti s’est ensuite exprimé sur le drame s’étant produit en Italie il y a quelques jours dans les régions d’Ombrie, des Pouilles et du Latium.

J’ai toujours en mémoire le tremblement de terre d’il y a sept ans, donc j’essaye d’aider un peu. Mais c’est une énorme catastrophe. Beaucoup d’enfants sont décédés et il y a quelques personnes qui ont tout perdu. Parfois c’est même difficile de trouver les mots justes.

Traduit du site de la Gazzetta dello Sport par Giacomo

Publicités

Une réflexion sur “Verratti «Gagner avec l’Italie n’a pas de prix»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s