Serie A mon humeur #1 : « La Roma m’a tuer »

Chaque Lundi, Nicolas réagit à un bout de l’actualité du Calcio dans la plus grande subjectivité qui soit. Place à la chronique mauvaise foi.

« La Roma m’a tuer »

serieamonhumeur.jpg

On le savait, pourtant, que la Roma était un club de losers magnifiques. Mais qui n’avait pas un minimum de confiance mercredi 23 août, à 20h45, pour ce match retour de barrages de LDC contre Porto ? La Roma venait d’exploser l’Udinese 4-0, le match aller était plutôt encourageant et tout les réseaux sociaux lançaient d’une seule voix que « le Porto d’aujourd’hui n’est plus au même niveau qu’il y a quelques années« . Bizarrement, on y a cru, les supporters de la Roma et moi.

J’ai cru pendant plusieurs jours que l’Italie serait à nouveau représentée par trois clubs en Ligue des Champions. J’ai cru que, pour UNE fois, la Roma gagnerait un match important, autre qu’une rencontre de groupe contre le PSV Eindhoven ou un match de Serie A contre le Chievo. Un entraîneur expérimenté, des hommes de talent, une défense pas trop mal, un milieu qui pue le foot. Tout était là. Alors forcément, j’ai sorti les petits saucissons et le vin blanc de circonstance. Serein.

Un début poussif, le 0-1 de Felipe, De Rossi qui sort après avoir découpé un adversaire, des contres portugais dangereux. Tout devrait m’inquiéter. Naïf, j’espère la seconde mi-temps. Deuxième rouge pour la Roma, les insultes sur Emerson sortent. 0-2 pour Porto, malédiction sur toute la famille de Spalletti et de Dzeko, invocation de l’esprit de Rudi Garcia. Pour inverser le sort, je zappe sur Monaco. 2 minutes plus tard, retour à l’Olimpico : 0-3 à l’affichage. Paquet de saucissons balancé contre le mur, extinction de l’écran et questions existentielles.

Comment ai-je pu croire que la Roma gagnerait un match avec un minimum d’enjeu ? Pourquoi avoir espéré le retour d’une équipe incapable de tenir un score dans les grands moments (cf. contre le CSKA Moscou), s’étant pris 6-1 par le Barça et 7-1 par le Bayern lors des deux dernières saisons ? Pourquoi ne pas avoir regardé Monaco plus tôt au lieu de m’infliger la seconde mi-temps ? (Pourquoi avoir balancé le paquet de saucisson encore à moitié plein ?)

Et l’espace d’un instant j’ai compris ce que ressentent les supporters de la Roma. Un éternel recommencement entre espoir et frustration, beau jeu dans les petits matchs et jambes fébriles dans les grandes rencontres. Si la Roma a ce pouvoir de séduire et de faire croire qu’elle peut faire de grandes choses, elle a surtout celui de décevoir, à un moment où à un autre, toute personne la supportant. Déconseillé aux fragiles, recommandé pour les masochistes. J’ai bien peur que cela ne change jamais.

MAJ : Entre le rendu de cette chronique et sa publication la Roma a été remontée de 2-0 à 2-2 par Cagliari.  

@nicolas_basse de Serie A mon Amour

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s