Sebastian Giovinco : A la conquête de l’Ouest

Février 2015, laissé libre (rupture à l’amiable de son contrat) par la Juventus, Sebastian Giovinco rejoint la franchise canadienne de Toronto participant au championnat Nord-Américain. Un choix surprenant pour un joueur alors âgé de 28 ans car même si la Major League Soccer est en pleine expansion, il est rare d’y voir évoluer un joueur de son standing avant l’âge de la (pré-) retraite.

sebastian-giovinco

MVP dès la première saison

Sebastian Giovinco arrive donc à Toronto, la plus grande ville du Canada, début 2015. Il intègre le club local : le Toronto FC. Le club, fondé en 2005, est la propriété de Maple Leafs Sports & Entertainment, qui possède également les clubs de la ville de hockey sur glace : les Maple Leafs (NHL) et de basket : les Raptors (NBA).

Les dirigeants canadiens ont mis le paquet pour l’attirer outre-Atlantique. Il devient ainsi le deuxième Italien en activité le mieux payé avec un contrat de 8,5 millions de $ par saison (incluant les revenus provenant des sponsors) sur 5 ans et le deuxième joueur le mieux payé du championnat derrière l’ancienne gloire Milanista : le Brésilien Kaká.

Formé au poste de meneur de jeu, ce petit gabarit est doté d’une technique, d’un sens du dribble et d’une vision du jeu au dessus de la moyenne lui permettant de délivrer de nombreux caviars à ses coéquipiers. Au fil des saisons, il évolue à différent poste de l’attaque soit en deuxième pointe autour de la prima punta, soit comme esterno. (par exemple : dans le 4-3-3 de Franco Colomba à Parma) A l’aise des 2 pieds, sur les contrôles de balle, il est également très vif balle au pied, ce qui lui permet d’exécuter des gestes techniques déconcertants. Ayant pour modèle Alessandro Del Piero, il excelle aussi dans l’exécution des coups de pieds arrêtés.

toronto-gio

La « Formica Atomica » ne tarde pas à donner satisfaction. Il enchaîne les records, brise les stats du jeune championnat US et devient vite la coqueluche du public. Il marque 7 buts et délivre 6 passes décisives lors de ses 12 premiers matches. En juillet 2015, malgré un pénalty manqué, il signe un «hat-trick» contre les New York City.  Il inscrit un second triplé lors d’une victoire 4-1 à domicile contre Orlando City. En octobre 2015, alors qu’il est remplaçant, il marque le but décisif contre les New York Red Bulls (2-1) assurant, pour la première fois depuis leur affiliation au championnat Nord-Américain (en 2007) une place en phase finale pour les joueurs de l’Ontario. Il ne parvient pas à passer l’écueil du premier tour des Play-Off en perdant le «derby» contre l’autre franchise canadienne de la MLS : l’Impact de Montréal d’un certain … Didier Drogba.

Malgré cette élimination, sa première saison est une réussite et est couronnée de succès avec nombres de distinctions individuelles :

  • Élu Joueur de la Semaine à trois reprises (13, 14 et 19 ème journée)
  • Élu Joueur du Mois à deux reprises (Juillet et Août)
  • Nouveau record du nombre de buts inscrits en saison régulière pour un joueur de Toronto
  • Premier joueur  à marquer au moins 20 buts et à délivrer au moins 10 passes décisives en une seule saison
  • Premier joueur à devenir Meilleur buteur (22 buts) ET meilleur passeur (16 passes)
  • Lauréat de la MLS Golden Boot
  • Meilleur débutant de la Ligue
  • MVP de l’année

La saison 2016 débute sur les mêmes bases pour Giovinco avec un but et une assist dès le premier match de la saison régulière. En avril dernier, il égale le record de meilleur buteur de l’histoire du club appartenant jusqu’alors à l’attaquant Canadien Dwayne De Rosario, lors d’une victoire 2-0 sur le terrain du grand rival l’Impact de Montréal. Il a, depuis, pris la tête de ce classement avec 37 buts, série en cours. Et il continue d’affoler les stats avec déjà 15 buts en 22 matches pour la saison 2016.

Flashback

Né en 1987 à Turin d’une famille originaire du Sud de la Péninsule, Giovinco est un pur produit de la Juventus qu’il intègre en 1996. Il poursuit sa formation dans les équipes de jeunes gagnant au passage le Tournoi de Viareggio et le Championnat Primavera entre 2005 et 2006. Didier Deschamps le fait participer à 3 rencontres de Serie B lors de la saison 2006 – 2007.

La saison suivante, les dirigeants décident de prêter leur milieu de terrain de poche (1m62 pour 59 kg) à Empoli pour lui permettre de s’aguerrir et de découvrir la Serie A. L’expérience est positive, il prend part à 35 rencontres et inscrit 6 buts. Malgré tout, Empoli est relégué en fin de saison.

ae2036bc27e3b0f4086d426b2adabdfe-1282135209

Passé par les sélections italiennes de jeunes (des U16 jusqu’aux U21), il inscrit son nom au palmarès du Tournoi Espoir International de Toulon avec les Azzurrini lors de l’édition de 2008. Il est nommé Meilleur joueur du Tournoi. Il participe la même année aux Jeux Olympiques de Pékin.

Il rentre à Turin avec l’ambition de jouer régulièrement au sein de l’effectif de la Vecchia Signora. Pour sa première titularisation en Champion’s League contre le BATE Borisov, il délivre 2 assists pour Vincenzo Iaquinta. Dans la foulée, il prolonge son contrat jusqu’en 2013. Sa 1 ère saison est satisfaisante avec 27 matches toutes compétitions confondues.

36208_heroa

La saison 2009/10 n’est pas aussi idyllique pour différentes raisons. (changement d’entraîneur, choix tactique et une blessure musculaire à une cuisse) Il ne dispute que 19 matches et exprime sa frustration dans les journaux :

« Si les dirigeants ne veulent plus de moi, qu’est-ce que je fais encore ici ? Je ne peux pas passer encore une autre année à pourrir sur le banc. »

Été 2010, il signe en prêt (co-propriété) à Parme. Son séjour en Emilie-Romagne est une résurrection. Il s’y impose grâce à 2 saisons intéressantes notamment la seconde lors de laquelle il inscrit 15 buts en championnat.

Giovinco.jpg

Il décroche sa 1ère cape en février 2011 lors d’un amical en Allemagne. (1-1) Il totalise 23 sélections s’étalant entre 2011 et 2015 avec des participations à l’Euro 2012 et à la Coupe des Confédérations.

La Juve le rachète à Parme contre la somme de 11 millions d’€ mais ce retour aux sources n’est malheureusement pour lui qu’un copié/collé de son premier passage juventino. Une première saison réussie avec 31 matches et 7 buts notamment un but insolite pour les superstitieux : le 12/12/12, à 22h12, à la 12 ème minute de la reprise, le N°12 marque son 12 ème but avec la Juve.

048f87d91aee527538c184a719e24c46-09154-1381091046

Mais lors de la saison suivante, il ne porte le maillot bianconero qu’à 17 reprises en championnat, étant utilisé principalement lors des compétitions européennes (CL+EL) barré en attaque par une concurrence importante. (Tévez, Vucinic, Llorente, Quagliarella et même Osvaldo)

Juste avant son départ au Canada, il ne joue que 7 matches entre août 2014 et janvier 2015.

Comme le dit le proverbe : nul n’est Prophète en son pays et le salaire de Giovinco est le principal obstacle à son retour dans le Calcio. Mais lorsque l’on voit ce dont est capable le « playmaker » de Toronto, il est vraiment dommage de le voir rester en MLS à son âge.  

@friûlconnection

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s