AS Roma 2016/2017

Rudi Garcia viré, Spalletti arrivé, la Roma s’est relancée. Sur une superbe dynamique, la Roma semblait sur un nuage lors de la seconde partie de saison, espérons désormais que les hommes de Luciano Spalletti sauront trouver de la continuité. 

Les dirigeants : James Pallotta (Président) et Walter Sabatini (Directeur sportif)

pallotta sabatinii

Le Président Américain et le Directeur Sportif Italien auront à cœur de construire une équipe compétitive avec des joueurs tels que Vermaelen ou Bruno Peres.

L’entraîneur : Luciano Spalletti

spalletti pallotta

Avec un retour réussi en Janvier, Luciano Spalletti a conforté sa place dans le costume d’entraîneur de l’AS Roma. Capable d’utiliser plusieurs schémas différents, l’Italien semble avoir redonné de la force à une Roma qui en manquait. Grâce à lui, les séances d’entraînements sont désormais plus intenses et le jeu plus attrayant.

LA recrue star : Bruno Peres

bruno peres.jpg

Une dégaine digne de Drake, du talent à revendre, le latéral Brésilien du Torino vient grandement renforcer les rangs de l’AS Roma qui le suivait depuis déjà 2 ans. Plutôt Cicinho ou Cafù ?

LE départ : Miralem Pjanic

Pjanic

Miralem Pjanic s’est envolé direction Turin et la Juventus après 5 saisons sous les couleurs de l’AS Roma. Le club bianconero a levé sa clause libératoire, la Roma n’avait donc pas son mot à dire dans cette affaire. La Roma perd énormément en créativité.

Les joueurs clés : Francesco Totti, Radja Nainggolan, Daniele De Rossi, Alessandro Florenzi

totti nainggolan de rossi florenzi

A ceux là nous pourrions ajouter Kostas Manolas et Kevin Strootman, qui forment les leaders du vestiaire giallorosso.

  • Francesco Totti, la légende du club ne sera désormais plus un titulaire, mais un joker de luxe pour Luciano Spalletti. Si certains condamnaient cette gestion d’Er Pupone, elle s’est finalement révélée payante car, si le talent reste malgré les années, la forme physique elle, ne permet plus à Cesco d’assurer 90 minutes.
  • Daniele De Rossi, est celui qui devrait donc logiquement, le plus endosser le rôle de capitaine cette saison, après un excellent Euro de sa part, Daniele va donc devoir passer quelques gueulantes sur ses coéquipiers quand tout ne roulera pas et peut-être même assurer le rôle de libéro dans un éventuel système à trois défenseurs..
  • Alessandro Florenzi, la nouvelle bandiera du club est un joueur multifonctions. Le natif de Rome sait jouer presque partout, formé comme milieu de terrain, il est capable de briller comme ailier ou bien même comme latéral. Sa polyvalence, son état d’esprit irréprochable et sa condition physique sont des atouts majeurs pour Luciano Spalletti.
  • Radja Nainggolan, un coup partant, un coup restant, le Ninja devrait finalement rester au club cet été. Il est un des hommes forts du système de Spalletti, son volume de jeu, sa capacité à effectuer un pressing intense, sa qualité de tacles et sa technique lui permettent d’évoluer aussi bien devant la défense, comme relayeur et désormais même derrière l’attaquant. En effet, Luciano Spalletti a comme spécialité de jouer avec un meneur reculé (David Pizarro puis Pjanic) et un récupérateur haut placé (Simone Perrotta puis Nainggolan).

Le jeune à fort potentiel : Leandro Paredes

paredesss

Après une excellente saison à Empoli, Leandro Paredes s’est affirmé dans le rôle d’un regista moderne. L’ancien numéro 10 aura, cette année, un rôle plus important que lors de son arrivée à Rome. En effet, orphelin de Pjanic, le club de la capitale pourrait parier sur Leandro Paredes comme détenteur des clés du jeu romain.

Le 11 probable :

 

ALISSON*

FLORENZI – MANOLAS -VERMAELEN – PERES

NAINGGOLAN – DE ROSSI – STROOTMAN

SALAH – DZEKO – EL SHAARAWY**

(*Szczesny. ** Perotti)

Les points forts du club : 

  • Une armada offensive non négligeable.
  • Luciano Spalletti comme tête pensante et capitaine du navire Romain. En accord avec ses idées, l’Italien ne se plie pas devants la pression de la presse quand il décide d’utiliser la légende Francesco Totti comme simple joker. Un choix qui portera ses fruits tant Cesco se montre performant sur de courtes durées.

Les points faibles du club :

  • L’éternel second, ou perdant magnifique, c’est ce qui caractérise bien malheureusement l’AS Roma.
  • Une défense qui change chaque année.
  • Des tifosi en grève suite à la mise en place d’une barrière séparant la Curva Sud en deux.

 

@Hugiannini

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s