Jeison Murillo « L’Italie ? j’en rêvais. L’Inter ? c’est le destin »

murillo

 

Une équipe de guerriers, des leaders n’ayant peur de rien ni personne. Voila selon le Colombien Murillo le véritable secret de l’Inter. Le défenseur de l’Inter se décrit dans les pages de la Gazzetta Dello Sport : «J’ai toujours voulu être footballeur, Depuis que je suis tout petit j’ai toujours apprécié l’Inter bien avant de devenir joueur du club. Je pense que je suis plus mature que mes 23 ans, Je suis le sixième de 6 fils et vivre dans une famille aussi belle et humble cela t’apprends beaucoup de chose. Forcément cela fait grandir plus vite. Quand je suis sur un terrain, ma tête change, je deviens un guerrier, j’ai besoin de lutter, de gagner, sur chaque ballons. Cela dit, je suis toujours un enfant en dehors de la pelouse, un garçon qui aime bien vivre avec beaucoup de simplicité ».

L’Italie est toujours une terre convoitée, tu prends notes de ce qui critique ce championnat ? « La Serie A c’est le paradis, c’est le championnat ou n’importe qui veut arriver un jour ou l’autre. Si je le pense vraiment ? J’en rêvais de l’Italie. L’Inter ? Le destin je pense. Quand j’étais gamin avec mon équipe de quartier (qui s’appelait Andresanin) on était devenu partenaire du projet « Inter Campus » qui aide les enfants dans le monde à travers le football, un jour est arrivé un raz-de-marée de cadeaux provenant d’Italie, des autographes,ballons,écharpes et des maillots évidemment. Je voulais absolument celui d’Ivan Cordoba, c’était l’idole de ma mère et de toute la Colombie. Je me souviens ils donnaient des maillots manches longues alors qu’il faisait très chaud mais peu importe, ensuite je portais cette tenue matin et soir, jusqu’à l’épuisement et transpirant à l’infini ».

L’Inter joue mal ? pas le plus important : « La première place. Après je pense que c’est important de comprendre les choses qui ne vont pas, il faut toujours s’améliorer mais faut savoir également faire un résultat. Dans le foot c’est ce qui compte. Avec Miranda on se trouve comme si on jouait ensemble depuis toujours. Les raisons ? Sûrement car on vient du même championnat et de deux équipes fortes et robustes, on a de l’expérience même tactiquement, on communique beaucoup, on collabore, tout simplement on se comprend bien. Sur le terrain lui aussi c’est un autre homme, il n’a peur de rien, un vrai leader ».
Sur Mancini : « Il donne de la tranquillité, il sait guider une équipe et il est écouté, son expérience est une véritable garantie ».

Barcelone, Liverpool, le Real, les clubs qui estiment Murillo ne manquent pas : « C’est beau d’entendre certaines choses, un mot sur votre phrase ? Dans le bien ou dans le mal l’important c’est qu’on en parle. Mais je suis un professionnel et je respecte le maillot de l’Inter, celui que je porte et je le ferais jusqu’à la dernière goutte de sueur.
Son Idole ? Un ancien du Milan : « Thiago Silva c’est un point de référence. Ce que je pense avoir comme qualités similaires ? Je pense que j’ai les qualités… de Murillo. L’autre soir à Doha j’ai eu l’occasion de le rencontrer, c’était déjà arrivé mais cette fois-ci on a pu parler un peu. Il m’a complimenté pour mon travail, m’a encouragé et à la fin on a échangé nos maillots. C’était un très beau moment ».

L’objectif est de gagner le championnat ? « Prononcer le mot Scudetto à l’Inter ne peut pas être une pensée, c’est un devoir. La Juventus ? On se focalise sur nous, c’est suffisant ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s