L’Inter ne leur a pas fait confiance 1/3

Leur talent est certain, leurs capacités sont réelles, ils n’ont pas tous réussis à s’imposer dans leur club respectif, mais ils ont tous un point commun : L’Inter ne leur a pas fait confiance. Aujourd’hui certains ont percés et sont titulaires dans des clubs du top niveau, d’autres enchaînent les prêts sans trouver de point de fixation. Un point de fixation qui leur permettrait de prouver que l’Inter a eu tort de les saborder. Majoritairement italiens, les joueurs dont-on parle sont tous plus ou moins connus, pourraient tous apporter un petit peu à l’Inter aujourd’hui. Tant dans le rôle de titulaire, que dans le rôle de remplaçant ou réserviste de luxe. Et justement, quel rôle occuperaient-ils si ils évoluaient toujours à l’Internazionale ? 

Aujourd’hui : Bonucci, Meggiorini, Bardi, Andreolli, Livaja et Bolzoni.

bonucci inter.jpg

Leonardo Bonucci : Commençons d’abord par le plus connu, défenseur central à la relance délicieuse et aux quelques bourdes, Leonardo Bonucci a su s’imposer comme un titulaire à la Juventus et en Nazionale sous l’ère Conte. D’abord dans une défense à 3 aux côtés de deux colosses : Giorgio Chiellini et Andrea Barzagli. Puis ensuite dans une défense à 4 aux côtés de Chiellini sous l’ère Allegri. Les blessures de Barzagli l’ayant bien aidé avouons-le. Bref, l’Inter se servira de lui comme monnaie d’échange pour accueillir Thiago Motta et Diego Milito. Normal me direz-vous. Oui, mais quel poste occuperait Bonucci aujourd’hui si il évoluait encore à l’Inter ?

Résultat : L’Inter aurait la chance d’avoir une sacré concurrence pour ce poste, notamment entre 3 joueurs : Murillo, Miranda, Bonucci. En clair, si cet Inter était confronté à une blessure ou un suspendu qu’est ce que cela Ferait ? Cela ferait qu’elle resterait quasi infranchissable.

meggiorini

Riccardo Meggiorini : Si tu ne suis pas la Serie A, tu iras jeter un coup d’oeil à la page Wikipedia du joueur et te rendre compte qu’un mec qui joue au Chievo Verona à 30 ans pue forcément la merde. Et bien c’est là que tu te trompes. Riccardo forme aujourd’hui un super duo avec Alberto Paloschi (un autre délaissé.. Mais par le Milan AC cette fois) au Chievo. Pas forcément un top buteur, Riccardo malgré le cap de la trentaine atteint est un joueur rendant encore de fiers services. Au total, il aura joué une seule fois sous les couleurs de l’Inter, lors de la saison 2004-2005. Ensuite Riccardo a décidé de prendre du temps pour lui, il voyage de club en club, effectuant une carrière somme toute moyenne, jusqu’à son transfert au Torino en 2012 ou le grand public le découvre comme un joueur qui a tout de même des qualités. Ni le meilleur buteur, ni le plus rapide, ni le plus grand dribbleur, Riccardo sait se démarquer, et ça fait la diff.

Résultat : Difficile à dire. L’Inter a de beaux noms sur tous les fronts avec Jovetic, Biabiany, Icardi, Palacio, Ljajic ou encore Perisic. Dans cette fine équipe, il y a deux scénarios. Le premier, Meggiorini envoie valser les Perisic, Biabiany, Palacio et s’impose comme un presque titulaire rendant service dans l’ombre comme à son habitude. Ou alors, Meggiorini ne parvient pas à s’imposer, mais se voit titularisé uniquement en Coppa Italia, bien sûr cette Coppa, l’Inter la remporte et Meggiorini est élu homme de la compétition juste devant Mbaye Niang. 

bardi inter

Francesco Bardi : « Lui c’est le nouveau Buffon » Cela c’est ce que je vous aurais dit en 2011-2012 lors de son prêt à Livorno, son club formateur. Ouais mais voilà, force est de constater que je vous aurais dit une connerie cette année là. Francesco va donc enchaîner les prêts, Livorno, Novara, re-Livorno, puis le Chievo en 2014-2015. « 2014-2015 c’est sa saison, il explose au Chievo, revient à l’Inter et prend la place de titulaire » Bon même en 2014-2015 j’aurais dit une connerie. En fait au Chievo c’est son ascension qui va exploser, rien d’autres. Oui parce que Bardi, jeune gardien prometteur va être poussé sur le banc par un jeune talent argentin de 37 ans du nom d’Albano Bizarri. Et ça c’est pas bon pour le moral. Bref, l’Italie pas pour lui, Francesco va tenter de se refaire une santé cette saison à Barcelone. Bien sûr si on parlait du FC Barcelone alors je ne vous aurais pas dit d’ânerie en 2011-2012, malheureusement on parle de l’Espanyol. Mais bon, bande de mauvaises langues, être la doublure de Pau c’est aussi prestigieux.

Résultat : Bon apparemment Bardi se spécialise dans le rôle de doublure, du coup on lui prédit une belle carrière en tant que figurant dans de bons clubs. Il pourrait peut-être chiper la place de Carrizo non ? En tout cas une chose est sûre, il masserait les mollets d’Handanovic. D’ailleurs ce dernier, à force d’être bichonné par Cesco Bardi, ne sait toujours pas qu’il est gardien de but professionnel.

andreolli

Marco Andreolli : Formé à l’Inter, comme les autres, Marco lui aussi n’a pas eu la confiance du club. C’est donc au bout de 3 ans et 7 matchs professionnels que le jeune Andreolli décide de rejoindre un autre « big club » la Roma (enfin décide.. comme Bonucci il fait office de monnaie d’échange, pour Chivu cette fois-ci) . Une jolie saison pour lui car avec lui sur le terrain, la Roma n’encaissera aucun but ! Malheureusement Andreolli ne goûtera pas au terrain. Décidé à montrer qu’il en a sous le capot, il obtiendra un prêt, puis un deuxième. D’abord à Vicenza puis à Sassuolo. Il jouera respectivement 3 et 28 matchs. Toujours très insuffisant . Il revient à la Roma en 2009, 23 ans et à peine 41 matchs pros derrière lui, et ça ne va pas spécialement s’arranger car la Roma l’utilisera uniquement 8 fois. Cette fois s’en est trop pour Marco Andreolli, peut-être a-t-il visé trop haut pour lui ? Alors direction le Chievo, cette fois, Marco va s’imposer comme un titulaire, 81 matchs en 3 ans. A 27 ans, on se dit qu’il a enfin passé un cap, qu’il peut prétendre à un peu mieux que de défendre les buts avec ses 10 coéquipiers comme au Chievo. Le problème, c’est qu’Andreolli va retenter de gravir une marche sûrement trop haute pour lui. Tel un chien égaré mais fidèle, Marco retrouve la maison, l’Inter. Et ce pendant 2 ans. 2 années ou Marco fera office de doublure de top players tel Andrea Ranocchia ou Juan Jesus, prestigieux non ? Finalement, en été 2015 Marco a un déclic, c’est l’Italie qui ne le comprend pas. Les italiens ne voient pas son immense talent. Alors Marco prend une décision forte, il va rejoindre l’Espagne, un pays de futchbol, un pays de connaisseurs. Finalement, aujourd’hui l’italien coule des jours heureux en Andalousie. Après s’être petit à petit imposé comme un titulaire, voilà qu’il se blesse pour toute la saison. « Ma carrière est incroyableee »

Résultat : Finalement avec un Andreolli dans l’effectif, l’Inter aurait un joueur sympathique, destiné au rôle de remplaçant, même si lui croit toujours, à 29 ans, en une carrière pleine de succès. Gare au déclic, on pourrait retrouver un Marco Andreolli sur le banc du Barça, après avoir cru qu’il s’imposerait.

152103546ML048_FC_Internazi

Marko Livaja : A Milan, un jour un mec de la cellule de recrutement s’est dit : On va acheter croate putain. Cette merveilleuse idée a donc permis à l’Internazionale de s’attacher les services, avec plus ou moins de réussite, de Mateo Kovacic, Marcelo Brozovic et également Perisic. Mais avant ceux-là, il y en avait un autre.. Le premier des Mohicans : Marko Livaja. Marko c’est simple, en 2011, le jeune homme est un crack venu de l’Hajduk Split. Prêté deux fois à Cesena, et entre temps à Lugano, l’attaquant va claquer buts sur buts. Seulement à l’entraînement malheureusement. Et comme à Milan on aime pas être pris pour des bananes, dans la cellule de recrutement on se dit qu’il faut se séparer de Marko. Et ce sera chose faîte. Le Croate prendra la direction de Bergame, 31 matchs 4 buts, et l’Atalanta l’envoie au Rubin Kazan. Avec Livaja, on joue un peu à s’envoyer la bombe, sauf que la bombe bah elle explose pas. 11 matchs pour 0 but en Russie et l’attaquant plie bagage, retour en Italie : à Empoli. Marko aujourd’hui son heure en tant que doublure du duo Maccarone-Pucciarelli.

Résultat : Si il était à l’Inter aujourd’hui, Livaja apparaîtrait sur plus de photos instagram aux côtés de ses potes Perisic et Brozovic que sur des feuilles de matchs. Cependant, si l’Inter veut continuer sur sa lancée d’équipe marquant très peu de buts, Livaja serait l’homme de la situation.

bolzoni inter

Bolzoni : Francesco Bolzoni est le profil type du milieu dont on se souviendra pas. Une carrière « moyenne », dans des clubs « moyens ». Pas une bête, juste un bonhomme prêt à rendre service. Formé à l’Inter, il n’a malheureusement pas été conservé, alors à l’été 2009 il prend la direction du Genoa, encore là bas il ne s’imposera pas. Décidément les jeunes interisti ont du mal à s’imposer ailleurs. Il faudra un prêt à Frosinone la saison suivante, pour attirer quelques acheteurs, et c’est Sienne qui remportera la mise ! Au bout de 3 saisons, Francesco Bolzoni décide de passer un pallier, il était temps. Le voilà à Palermo, probablement le dernier pallier qu’il passera. Carrière moyenne en fin de compte. On lui souhaite de faire du biff, c’est déjà cela de pris.

Résultat : Medel, Kondogbia, Guarin, Brozovic, Melo, Gnoukouri. C’est la concurrence qu’aurait Bolzoni. Du coup Francesco c’est celui qu’on verrait porter les gourdes de ses camarades. Un joueur de vestiaire. 

 

Avec eux, l’Inter n’en serait que plus fort… Ou pas.

@Hugiannini

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s