A la découverte de Nikola Kalinic

Arrivé cet été à la Fiorentina en provenance du Dnipro Dnipropetrovsk pour 5 millions d’euros, Nikola Kalinic était peu connu de beaucoup d’amateurs de foot Italien mais ça n’a pas duré,  très vite le Croate de 27 ans a fait parler de lui devenant rapidement un des dangers de cette Série A 2015/2016. Buteur encore hier soir face à la Sampdoria pour le 2/0, on peut même le considérer pour ce début de saison comme l’une des plus belles affaires du dernier mercato Italien. Aujourd’hui avec @FrSerieA on vous fait découvrir ce pur numéro 9 qui régale  la Viola.

De la Croatie à l’Italie en passant par l’Angleterre et l’Ukraine

En Croatie le Dinamo Zagreb et l’HNK Hajduk Split sont les deux plus grands clubs du pays, beaucoup de joueurs Croates passent par un de ces clubs avant de partir pour un championnat majeur, pour Kalinic c’est dans le second qu’il a débuté avec l’équipe première à l’âge de 17ans. S’en suivra deux prêts dans des petits clubs du pays pour au final revenir à l’Hajduk Split. C’est lors de ce retour que Kalinic va faire ses deux premières grosses saisons, 32 buts en moins de 60 matchs, à 21 ans il est considéré comme un sérieux espoir du foot Croate et c’est tout logiquement qu’il connait son premier gros transfert dans un championnat majeur. Été 2009 il débarque en Angleterre à Blackburn, qui était à l’époque encore en première league, pour près de 7 millions d’euros. Adaptation difficile pour lui, malgré pas mal de temps de jeu il va trouver le chemin des filets que trop peu de fois et quittera l’Angleterre deux ans plus tard en 2011. Direction l’Ukraine donc et le Dnipro où il va y rester quatre ans et faire notamment une finale d’Europa League l’an passé contre Séville avec un but pour lui malgré la défaite 3/2 face aux Espagnols.

Le profil de l’attaquant complet

En à peine 12 matchs de championnat cette saison Kalinic nous a déjà montré qu’il savait presque tout faire et qu’il pouvait assumer le rôle d’arme numéro 1 de la Fiorentina pendant que le pauvre G.Rossi n’arrive toujours pas à enchainer des matchs. Focus sur ses trois points forts :

La technique.

Pas de virgule ou de sombrero à tout va avec Kalinic mais des prises de balles, des contrôles et surtout des passes aussi précises qu’efficaces. Ce n’est pas Verdu qui dira le contraire avec cette cette sublime passe en une touche pour le 3/0 contre l’Atalanta. On ne le verra pas toucher des tonnes de ballon par match mais presque chaque fois qu’il l’aura ça risque de faire action de but, comme hier sur son son but pour le 2/0.7

Kalinic 3 Inter

La finition.

Un coup décisif de la tête, un coup du droit en force, plat du pied ou tacle à l’arrache, tout y passe quand il s’agit de terminer une action. Souvent très bien servi par Alonso, Ilicic, Bernardeschi ou bien Valero,  il est cette saison d’une efficacité redoutable, il lui faut peu de situations pour finir par marquer. Mais Kalinic c’est aussi un vrai joueur de surface, on ne le voit pas tirer en dehors de la surface mais toujours à l’intérieur, les 16 derniers mètres sont son terrain de jeu, c’est là où il se sent le mieux. Le symbole est évidemment son triplé contre l’Inter à Milan qui en trois buts peut tout résumer.

L’intelligence de jeu sans ballon.

Même si Kalinic joue dans un système à une pointe et doit donc se battre souvent seul face aux charnières adverses, il arrive grâce à ses déplacements à prendre le dessus et se retrouver rapidement face au but. Le Croate ne cesse jamais d’être en mouvement devant la défense adverse, parfois pour proposer des solutions dans un jeu de remise plein axe, parfois pour créer des espaces pour Ilicic ou Valero en aspirant les centraux sur les cotés ou parfois pour démarrer ses appels en profondeur. On pense notamment à son match contre la Roma où à deux reprises il avait réussi à prendre le dessus sur Manolas et Rüdiger dans leur dos.

Le joueur-clé pour faire podium ?

Si la Fiorentina veut espérer finir sur le podium à la fin de saison, ça passera certainement par une grosse saison de Nikola Kalinic. Très bien entouré par des joueurs tels que Ilicic, Valero ou Bernardeschi avec ajouté à cela le jeu prôné par Paulo Sousa, l’ancien du Dnipro a toutes les cartes en main pour réaliser une énorme saison. Si Kalinic poursuit sur ce rythme il peut concurrencer Higuain pour le titre de meilleur buteur (même si l’Argentin semble cette saison intouchable) et dans le même temps permettre à la Viola de rester tout en haut du classement. Qui sait, on pourrait même avoir la chance de voir sur plusieurs matchs un duo Kalinic-Rossi et disons le, si Sousa peut compter ne serait ce qu’une demi-saison sur les deux en forme, ça promet de faire très, très mal.

@WillCesco

Publicités

Une réflexion sur “A la découverte de Nikola Kalinic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s