Entretien exclusif avec Boukary Dramé !

dramé

Formé au PSG, Boukary Dramé évolue depuis plusieurs saisons en Serie A. Titulaire indiscutable à l’Atalanta, le latéral gauche sénégalais nous a fait partager son expérience italienne.

Boukary, tu as été formé au PSG et tu y as débuté ta carrière professionnelle. Es-tu toujours attaché au club de la Capitale ?

Forcement, j’ai tout connu avec ce club et je connais encore du monde à Paris. En plus je suis originaire de la région parisienne, ça aide à garder un lien très fort.

Et le PSG version qatari, ça t’inspire quoi ?

Tout le monde, en France, attendait un club de cette envergure. Paris voulait gagner des titres et au niveau national ils ont tout gagné. Le prochain objectif sera la Champions League.

Apres le PSG, tu passes par Sochaux et la Real Sociedad puis tu rejoins le Chievo. Comment se fait-il que tu ais signé en Italie ?

J’étais en fin de contrat avec Sochaux et je suis resté quelques mois sans club. Lorsque l’opportunité de rejoindre le Chievo s’est présenté, je n’ai pas hésité une seconde.

Tu arrives dans un nouveau pays, un nouveau football, ça n’a pas été trop compliqué au début ?

Oui bien sûr. La première saison à été très difficile pour moi, j’ai du apprendre la langue et m’adapter à la rigueur tactique italienne avant de devenir titulaire. Je me suis accroché et maintenant je suis content et fier du résultat.

Quelles sont les clés de ton adaptation et de ta réussite en Italie ?

Mon expérience à la Real Sociedad a été précieuse et je savais qu’il m’aurait fallu un temps d’adaptation au football italien. Après, c’est le mental qui fait la différence et il ne faut rien lâcher pour réussir.

Pour toi, quelles sont les grandes différences footballistiques entre la France et l’Italie ?

Le grande différence c’est la tactique. Le Calcio est beaucoup plus tactique que le football français. L’intensité des entraînements y est aussi plus importante.

Tu restes 3 ans au Chievo puis tu signes à la fin de ton contrat à l’Atalanta. Était-ce un choix voulu de rester en Italie ?

J’avais le choix entre l’Atalanta et le Torino et j’étais content de rester en Italie. C’est un football qui me convient parfaitement et que j’apprécie.

Sans faire injure à Sochaux et au Chievo, l’Atalanta niveau passion c’est quand même autre chose, non ?

(enthousiaste) Oui, il n’y a pas photo. Au début de chaque saison il y a une grande fête pour la présentation des nouveaux joueurs et on s’aperçoit tout de suite de la passion qui règne autour du club. Cette ferveur se voit aussi les jours de matchs. C’est vraiment quelque chose de fort.

En 4 ans dans le Calcio, tu es devenu une valeur sûre et tu es considéré comme un des meilleurs latéral gauche du championnat. Cette reconnaissance est-elle importante à tes yeux ?

Oui c’est très important pour moi d’autant plus que je n’avais pas l’impression d’en avoir en France. A la fin de mon contrat à Sochaux, le club ne m’a pas montré une grosse envie de me garder et aucune équipe française ne m’a proposé quelque chose à ce moment là. En Italie, je joue dans un des meilleurs championnats d’Europe et j’affronte des grands joueurs tous les weekends.

Le passage du Chievo à l’Atalanta est-elle une avancée dans ta carrière ?

Oui. L’Atalanta est un club peu connu en France mais très respecté en Italie. C’est un club sain économiquement qui a de très belles installations et la ville est sympa. Tous les ingrédients sont réunis pour que le club grandisse.

Quels sont les objectifs du club pour cette saison ? Et les tiens à titre personnel ?

La saison passée a été plutôt difficile donc l’objectif premier est le maintien. Après on verra si on peut faire mieux. A titre personnel j’espère jouer autant de match que l’année dernière et pourquoi pas marquer quelques buts.

Quels sont les joueurs que tu fréquentes le plus en dehors des terrains ?

Au Chievo, j’ai bien sympathisé avec Nicolas Frey et Cyril Théréau qui sont devenus des amis. En général, j’ai de très bons contacts avec les joueurs francophones du Calcio.

Quel adversaire t’a le plus impressionné ?

En Italie, il y a énormément de joueur de qualité mais si je dois en choisir un, c’est Cuadrado.

Question retournée, Pinilla ou Simba ?

(il rigole) Question difficile mais Pinilla est vraiment impressionnant. Ses retournées sont de véritable frappe de balle. Je ne sais pas comment il arrive à faire des gestes pareils, c’est inné chez lui. En plus c’est un bon garçon et j’espère qu’il continuera à en mettre.

Pour finir, que peut-on te souhaiter pour la suite de carrière ?

La santé avant tout, puis continuer à progresser et si je peux signer un jour au Milan ce serait sympa.

Un grand merci à Boukary Dramé que vous pouvez suivre sur son compte twitter @boukarydrame

Propos recueillis par Gilbert Simonutti ( @gilbert9176 ) pour @FrSerieA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s