En dehors des frontières : Les italiens qui brillent ailleurs, numéro 1.

Aujourd’hui en Italie, les clubs du Top ont du mal à s’armer d’italiens. Souvent jugés trop faibles, parfois trop chers, les clubs préfèrent se tourner vers d’autres pays, voire d’autres continents pour compléter leur effectif. Du coup, certains italiens ont décidé d’aller se faire les dents ailleurs, et parfois ça marche… plus ou moins ! Petit tour de ces italiens hors de la Botte avec FrSerieA.

Marco Verratti

Marco Verratti, fantasque milieu du PSG, qui dribble deux inconnus, sûrement des fans.

Une progression constante

L’histoire de Marco, c’est l’histoire d’un bonhomme pétri de talent qui démarre en équipe première de Pescara à l’âge de 16 ans. Durant 2 ans, au 3 ème échelon du football italien, il disputera 15 matchs, les Delfini gagneront leur ticket pour l’édition de Serie B 2010-2011. Une première saison en Serie B qui laisse le temps à Marco de se faire les dents avec 28 matchs au compteur. A ce moment là, selon Bojan Krkic alors à la Roma, le transfert de Verratti chez les giallorossi était proche d’être conclu, avant que Luis Enrique ne juge le joueur.. pas au niveau de la Roma !

Puis arriva Zeman. Il y a eu le Marco Verratti avant Zeman, et le Marco après Zeman, comme pour beaucoup d’autres jeunes joueurs auparavant.

Le bohème recule Marco devant la défense. Notre prodige est alors chargé d’alimenter les Immobile, Insigne, Caprari entre autres. Cette bande de jeunes là offrira le titre, synonyme d’accession au plus haut échelon du football italien à Pescara.

L’été qui vient, l’Italie du football fait les yeux doux à Marco, on parle d’un intérêt de la Vecchia Signora, souvent première pour récupérer les jeunes talents italiens et couper l’herbe sous le pied des autres clubs. Sauf que cet été là, c’est bien la Juventus, et l’Italie en général,  qui va se voir devancée. Le PSG dirigé par Leonardo arrive, et ne laisse aucune chance à ses concurrents. Leo le veut, et il l’aura.

L’explosion

En 2012, notre Marco, petit gars d’un mètre soixante-cinq, débarque donc dans la capitale française pour une somme estimée à environ 12 millions d’€. Il arrive dans l’ombre des Thiago Silva et autre Ibrahimovic, mais sa signature ne laisse pas le football français indifférent. Les réactions sont nombreuses au sujet du gamin originaire de Manoppello dans la province de Pescara. Certains le jugent trop cher, d’autres ne comprennent tout simplement pas pourquoi choisir cet italien là et pas un joueur français? Marco n’arrive donc pas dans des conditions optimales. Mais ça, Marco, il s’en fiche, lui est partagé entre le bonheur de rejoindre un gros projet au milieux de top players, et la douleur de quitter si jeune sa maison, Pescara.

Le Hibou, comme on l’appelle, ne tarde pas à faire l’unanimité chez les supporters parisiens. Dès sa première saison dans l’Hexagone, Marco termine champion de France, et dans l’équipe type du championnat. Une belle performance qu’il répète même l’an d’après, en glanant en plus un titre de meilleur espoir de Ligue 1. Tout sourit à Marco Verratti, à ce moment là, Cesare Prandelli, sélectionneur de la Nazionale le convoque pour disputer le mondial brésilien.

Durant ce mondial catastrophique pour la Nazionale, Marco sera l’une des seules sources de satisfaction pour son pays qui ne le connaissait pas encore parfaitement.

Et maintenant vers le top?

Cette saison encore, les parisiens ne cessent de voir l’importance de Marco grandir. Un petit homme jamais fébrile dans les gros matchs de Ligue des Champions, prêt à régaler le public d’une élimination ou d’un petit geste, c’est simple Marco Verratti sent le football, Marco Verratti est le football. Il représente ce football élégant, génial. Si différent des Pirlo, Totti, Baggio ou Del Piero, il est aujourd’hui tout de même dans leur lignée et apparaît comme le seul potentiel fuoriclasse italien, s’il n’en est pas déjà un.

Au final, Marco, il a 22 ans, un physique loin des standards du footballeur, 3 titres de champion de France, un de Serie B, un titre de meilleur espoir, et il vient de louper de peu le titre de meilleur joueur de L1 cette année (au profit d’Alexandre Lacazette) et on ne peut que regretter pour ce championnat qu’on aime tant, que personne n’ait réussi à mettre le grappin sur lui. Cependant rien ne dit que sa progression aurait été la même en Italie.. tout ce qu’on peut faire c’est apprécier ses matchs, ses prises de risques et prier pour que la Nazionale puisse accueillir d’autres futurs top player.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s